Ce site fait usage de cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.
Je suis d’accord

MIPS apporte une contribution majeure à la lutte contre le coronavirus en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne

jeudi 22 octobre 2020

Dans leurs efforts pour contrôler la pandémie de COVID-19 et augmenter significativement leur capacité de tests, les gouvernements du monde entier ont mis en œuvre des programmes de dépistage. En Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, les solutions logicielles MIPS jouent un rôle essentiel dans ces dispositifs en facilitant la communication entre les laboratoires, les plateformes d’état, et l’ensemble des organismes qui centralisent et traitent les données.

Leader européen sur le marché des solutions de gestion de laboratoires, MIPS s’est aussi engagé naturellement à fournir à ces clients toute l’assistance dont ils ont besoin. Les laboratoires, en première ligne sur le terrain de la crise sanitaire, consacrent en effet une grande partie de leur énergie à traiter un nombre croissant de tests COVID-19 tout en poursuivant leurs missions quotidiennes de diagnostic.

La plateforme fédérale Belge pour le dépistage du COVID-19 s’appuie sur une solution MIPS

En Belgique, la plateforme fédérale mise en place par le gouvernement augmente la capacité de dépistage via la création d’un consortium composés d’hôpitaux universitaires, de sociétés de biotechnologies et de logiciels, et de laboratoires pharmaceutiques. Une plateforme informatique dans le "cloud", créée ensuite pour soutenir numériquement le workflow, garantit le partage des informations, de façon optimale et structurée, entre les laboratoires, les agences gouvernementales, les prestataires de soins et les traceurs de contacts.

Cette plateforme a été bâtie sur des solutions MIPS, en particulier le système d’information de laboratoire GLIMS qui a largement fait ses preuves en Belgique mais également dans toute l'Europe, et CyberLab, l'application permettant aux praticiens de prescrire les analyses et de consulter les résultats de leurs patients.

Les membres du consortium ont concentré leurs efforts pour que cette plateforme soit mise en œuvre dans un délai record. "L’engagement de MIPS a commencé par un appel téléphonique durant le week-end du 22 mars. Nous avons immédiatement affecté une équipe à ce projet pour soutenir le gouvernement dans la gestion de cette crise. Dès Le 9 avril, le système produisait ses premiers résultats, 17 jours seulement après le premier contact sur cette opération," explique John Lebon, PDG de MIPS.

Pour l’intégralité du processus, une approche standard a été utilisée et grâce à un développement, les tests ont pu être automatisés à court terme. Il a ainsi été possible d’ajouter un laboratoire supplémentaire en moins d’une semaine.

Parallèlement, MIPS a aidé les laboratoires à intégrer des unités de tests PCR supplémentaires pour leur permettre d’accroitre leur capacité de dépistage.

Plus de 1 200 000 résultats de tests ont déjà été enregistrés dans la plate-forme. Et c’est loin d’être fini. MIPS est actuellement activement impliqué dans le déploiement de "Platform.bis". Via cette plate-forme, l’objectif du gouvernement belge est d’étendre encore davantage la capacité de tests afin que tous les laboratoires belges référencés puissent atteindre un volume de 70 000 à 90 000 tests par jour.

MIPS poursuit ainsi son rôle essentiel dans la réalisation de cet objectif en s’assurant que les demandes de tests COVID-19 émanant des sources de soins primaires et des hôpitaux soient automatiquement transférées aux systèmes d'information des laboratoires, afin que ceux-ci puissent procéder efficacement et rapidement aux analyses.

MIPS au service des laboratoires GGD hollandais

Les résidents néerlandais présentant des symptômes d'infection au coronavirus peuvent être testés sur un site de test GGD (Gemeenschappelijke Gezondheidsdiensten). Les échantillons prélevés sont ensuite analysés dans un laboratoire de microbiologie.

Pour permettre ce dépistage d’envergure nationale de la COVID-19, le gouvernement néerlandais a mis en place une plateforme informatique centrale baptisée "CoronIT-platform". Cette plateforme permet le partage des données avec les systèmes d'information des laboratoires qui effectuent les tests.

Le 10 avril, MIPS, dont la solution GLIMS détient plus de 70 % de part de marché dans le secteur des laboratoires de microbiologie néerlandais, a été sollicitée pour soutenir le lancement de la plate-forme CoronIT. Un groupe de travail dédié a immédiatement été créé chez MIPS pour en faciliter l’implémentation.

En quelques semaines seulement, MIPS a connecté à la plateforme les 12 laboratoires travaillant directement avec les GGD, tous utilisateurs de GLIMS. Quinze autres laboratoires, chargés d’effectuer les analyses lorsque les GGD ont atteint leurs limites de capacité, ont également été intégrés au cours d'une deuxième phase. Désormais, tous les laboratoires connectés peuvent recevoir les prescriptions électroniques d’analyse COVID-19 et renvoyer les résultats aux GGD.

Le gouvernement français a choisi la solution MIPS pour contrôler la pandémie

Afin d'assurer le traçage et le suivi des personnes infectées par la COVID-19, le gouvernement français a mis en place la plateforme informatique nationale SI-DEP. Celle-ci permet la prescription de tests de laboratoire, l’envoi des résultats aux cliniciens demandeurs et aux patients, l’alimentation de l'application de recherche de contacts du gouvernement français et le stockage sécurisé des résultats au sein d’une base de données nationale.

Le gouvernement français, en collaboration avec les hôpitaux de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et MIPS, a pu mettre cette plateforme en place en deux mois seulement. Elle est basée sur CyberLab, la solution internet de prescription connectée et de serveur de résultats de MIPS.

Sa capacité à s’intégrer à quasiment tous les systèmes d’information de laboratoire (LIS) français a été le critère déterminant dans le choix de CyberLab. La solution est également capable de traiter de grands volumes de données, quelle que soit leur origine. Et la preuve de son efficacité dans un projet similaire a certainement joué un rôle dans la décision française de travailler avec MIPS.

Dans une première étape, les hôpitaux équipés de système MGI permettant de traiter une grande quantité de tests, ont été connectés à la plateforme SI-DEP. L’ensemble des laboratoires français réalisant les tests COVID-19, ont intégré la plateforme dans une seconde phase. Au total il y a à ce jour 374 GHT (Groupements Hospitaliers de Territoires) et hôpitaux, et environ 4 500 laboratoires privés connectés. Ensemble, ils peuvent produire jusqu’à 500 000 résultats de test par jour.

Soutenir le processus de diagnostic avec de nouvelles fonctionnalités en Allemagne

Dans la lutte contre la pandémie, MIPS a également développé plusieurs outils et fonctionnalités pour ses clients allemands. Les solutions ont ainsi été adaptées conformément à la décision du gouvernement fédéral de réduire la TVA de 19 % à 16 %.

En outre, dans le cadre de l'application de recherche des cas contact commandée par le gouvernement allemand, MIPS a fourni à ses clients un haut niveau d’assistance sur l’ensemble des processus liés au diagnostic du SARS-CoV-2, tels que le transfert de données et la facturation des services de laboratoire associés.

MIPS a également contribué de manière active au processus de diagnostic lui-même. En un temps record, MIPS a rendu possible l’intégration d’une grande variété d'équipements de multiples fabricants, a aidé ses clients à mettre en place rapidement des plates-formes d'analyse complètes et à équiper de nouveaux départements de laboratoire.

MIPS a également développé une nouvelle interface destinée à l’export et au transfert numérique des résultats des tests SARS-CoV-2 vers le système de notification et d'information DEMIS pour le contrôle des infections à l'Institut Robert Koch (RKI).

 

"Nous sommes particulièrement fiers de pouvoir contribuer aux plateformes nationales de tests en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne, de lutter avec eux contre la pandémie de COVID-19 et d’accompagner les gouvernements nationaux et les personnels de santé dans leurs efforts pour maîtriser la crise," commente John Lebon, PDG de MIPS. "De plus, nous nous engageons auprès de nos clients, confrontés aux défis que pose le combat contre la pandémie, afin de leur apporter un niveau maximum d’assistance. Partout où cela s'avère nécessaire, nous continuons à adapter nos solutions. Concrètement, nous soutenons également nos clients internationaux en permettant la réalisation de tests groupés dans la solution GLIMS.

Par le partage au-delà des frontières des connaissances et de l'expérience, nous avons réussi à apporter une contribution optimale à quatre projets d’envergure nationale, en dépit de contraintes de délai inédites et des circonstances exceptionnelles dans lesquelles nous avons été amenés à travailler."

"Je souhaite également saisir cette opportunité pour remercier chaleureusement tous les collaborateurs de l'équipe MIPS qui ont participé à ces grands projets," ajoute John Lebon. "Une telle réalisation n’a été possible que grâce à l'attitude positive, professionnelle, réactive et constructive de toutes les parties concernées, de nos clients, de nos collaborateurs et des gouvernements nationaux."